Pignon Chamoniard

Compte rendu

Lolo bouclait. Ca n’était pas la nouvelle boucle pour le prochain GRV, mais le bouclage du canard pour lequel il bosse. Du coup –on espère que le secrétaire de rédaction du-dit canard interdit les « du coup » qu’on sert à toutes les sauces – du coup disions-nous, le blabla car des garçons grenoblois (les filles étaient parties plus tôt), du coup disions-nous toujours, le blabla car de la Ricou-mobile a décalé de 17h, à 18, puis 19 puis… Et « du coup », nous sommes arrivés à pas d’heure chez Claire à St Gervais.

Nous avons été chaleureusement accueillis par Didier et les filles, Claire, Caro, Sandrine et Axelle, passablement aviné.e.s vue l’heure tardive. On leur passe ce coupable écart de conduite, parce que la tartiflette finissait de dorer dans le four et nous n’avions qu’à nous mettre les pieds sous la table. S’ensuit un sympathique diner Dérailleurs et somme toute fort banal : la conversation des filles tourne autour des problèmes de mécanique et de comparaison de vélos, tandis que les garçons parlent rasage et épilation.

La météo annonçait le déluge jusqu’au milieu de la journée du samedi. Fort heureusement, la météo se trompe parfois et les trombes d’eau de la nuit ont laissé place dès le matin à un soleil généreux. Didier, natif du cru, nous a sorti le grand jeu pour la trace : aiguilles de Chamonix blanchies par les précipitations de la veille, glaciers étincelants, forêts aux couleurs d’automne, et monotraces joueurs en forêt.  Le tout agrémenté de montées sur terrain roulant, certes, mais comment dire, un poil physiques peut-être ? Le pignon grenoblois avait sa réputation, le pignon chamoniard se place franchement un cran au-dessus. Caro prend le soleil face aux glaciers du Mont-Blanc et aux Très Saints Dômes de Miage (une private, je vous expliquerai une autre fois), on pense à ceux qui sont restés dans la vallée…

On avait eu le reblochon la veille, il nous fallait la fondue. On vous le dit, c’était le grand jeu pour les touristes du Dauphiné. Didier avait apporté le fromage de sa fruitière. Claire arrose son nouveau vélo d’un excellent vin blanc, un Trans bien sûr (le vélo, pas le vin blanc, ni la cycliste), et histoire de finir le repas léger on savoure tarte de coings et Apfelkuchen, recette qu’une dérailleuse nous a rapportée de sa jeunesse de Berliner Gudu.

Dimanche un peu plus maussade, mais sec. Le trio Lolo, Claire, Didier avait pondu la trace du jour. C’était amusant de rouler là où les Dépeauteuses que nous sommes toutes ou presque ce week-end, arpentent généralement skis aux pieds. La montée, d’une traite, est tout aussi physique que celle de la veille. Didier compte ses barrettes (de batterie), Sandrine, Axelle et Caro comptent les D+, Nico n’est plus en état de compter quoi que ce soit, les OGM Lolo et Ricou roulent toujours. Piquenique au bord d’un petit lac, puis descente sur un alpage fauché qui vaut bien la peuf qu’on reviendra bientôt chercher par ici. Lolo ronchonne parce qu’on n’est pas sur un sentier ; c’est son côté tradi. On finit dans les monotraces et histoire d’éviter la route, Claire nous sort une petit 200D+ supplémentaire pour finir en beauté.

Merci pour l’accueil, les paysages grandioses, les courbatures, et le plaisir de passer ces moments ensemble.

Infos pratiques

Nombre de participants :
8 personne(s)
Distance parcourue :
60 Km
Dénivelé positif :
2 500 m

Ressources liées

Activité WE VTT / route au pied des géants

Pas de résultat...

Modifiez vos filtres pour trouver des activités