×
×

Rhône-Alpes

L'antenne Rhône-Alpes a germé au printemps 2012 sur l'un des plus beaux terrains de jeu !

Avec IzZa et Patricia, cette antenne ne demande qu'à grandir... N'hésitez pas à nous rejoindre pour les randonnées VTT, vélo de route et cyclo.

Monts du Lyonnais, Beaujolais, Pilat, Forez, Pays Viennois, Chartreuse, Vercors, Belledonne ...

Des week-end et séjours nationaux sont régulièrement organisés dans notre région.

×

 

dernières sorties Rhône-Alpes

Rien vu mais si belle journée
  • by
  • 05 oct 2019

Ok,
ni vu Vif
ni le col de l'Arlizier,
ni les vélos de route d'ailleurs!
parties à 2 en VTT retrouver le nouveau Grenoblois par le Vercors, petit détour pour aller à Claix...
passées au marché
croisé une Rave partie dans la forêt
voir la belle maison de Jean-Marc
se retrouver à 6
fait un formidable BBQ avec les potes
#quedubonheur
#vivelesderailleurs

PS, la sortie sera reprogrammée, j'ai quand même fait la trace, qu'on se le dise!
Sophie

Nb participants: 
6 participants
Vif, col de l'Arzelier
×

Entre neige et sous-bois
  • by
  • 20 nov 2019

Petit matin frais avec pour ambition,: se réchauffer! !
Notre Marti prévoit 1000 de D+ "tonique et joueur" comme il dit.
Ça promet! surtout que Lolo from Paris était de la partie (j'dis ça j'dis rien)
Bref,nous avons traversé des forêts de broussailles épineuses, passé des troncs, des barrières barbelées, remonté des torrents de neiges fondues, pataugé dans la boue , rencontré la neige et les sous-bois toufus.
Partis froids, arrivés chauds!

Mais que de belles perspectives sur les monts du Lyonnais, de belles traversées aux couleurs de l'automne, de vergers de pommiers ou aller glaner, de parfums de champignons, de saveur du crissement du pied dans la première neige.
Pique niquer au soleil avec le point de vue et rentrer tout couver de boue, le graal du Dérailleur!

Bienvenue à Didier et sa monture électrique
merci à l'équipe de Brignais pour ses gites *** et son guidage.

Nb participants: 
8 participants
Gare au Garon
×

Le Vercors, J'adore
  • by
  • 17 oct 2019

Tout avait commencé par une sortie route en Chartreuse, mais voilà Grenoble accueillait les perles parisiennes, alors il fallait doubler cette rando par un itinéraire VTT. Merci Sophie qui nous trouve le parcours idéal permettant deux départs, l'un à Claix pour Jean-Marc et sa bande (Lolo, Ricou, Jeannie, Line et Marti), et l'autre, un peu plus loin, à Seyssinet pour les autres.

A 9h30, les guides Sophie et Nicolas se retrouvent au RdV bientôt rejoints par Alain qui a eu la bonne idée d'inviter Konsta dont ce sera la première sortie Dérailleurs. On fulmine un peu, car évidemment les Claixois sont en retard ; ça cuve encore l'apéro de la veille...

Enfin, Konsta peut lancer le cri de ralliement "Le Vercors, J'adore" (c'est encore mieux avec le r roulé sur Verrrcorrrs et adorrre) et on se met en jambe sur une côte à plus de 20%. Un pignon à Grenoble, ça ne rigole pas. Passé l'échauffement, on monte tranquillou jusqu'au désert de Jean-Jacques Rousseau. Premier arrêt-portage du Quadrix de Jean-Marc pour cause de chemin un peu étroit.

On reprend et ça attaque sec à nouveau ; et là, le guide, novice, très novice, avait naïvement pensé lors de la reco que s'il pouvait porter son vélo sur 50 mètres, on pourrait en faire autant avec le Quadrix. Les plus hautes autorités en la matière (Lolo, Marti) jugent que ça ne passera pas... le reste de la troupe n’en prend pas moins les devants et grâce au pilotage expert de Line et Jeannie, et à la puissance de Konsta, demi de mêlée de Rugby à ses heures, ça passe. Beau joueur, Konsta pourtant en nage, nous épargne "le Vercors, j'aborre".

Arrêt pic-nic un peu plus loin dans un pré. Tradi Dérailleurs oblige, on savoure la sieste sous un soleil généreux, la vue sur Belledonne et la Chartreuse, et les premières couleurs d'automne. Ici, une paire de bras caresse un dos ; là, une tête s'appuie sur une épaule ; on la ferait bien durer encore un peu cette petite sieste.

On monte toujours sur les voies de l'ancien tramway du Vercors et arrivés au sommet, problème technique du Quadrix. Intervention de SOS Marti ; la réparation du frein tiendra pour la descente. En matière de Quadrix, on a vu pire !

Descente tranquille jusqu'à Claix chez Jean-Marc. Copieux goûter dans le jardin, tarte au citron, confiture de mangues... là aussi on ferait bien durer encore un peu. Allez c'est l'heure, Sophie ramène les non-claixois le long du Drac.

Nb participants: 
10 participants
Balconnet de Chartreuse et Collinet de Marcieu
×

En Rhône-Alpes, on s'adapte
  • by
  • 06 oct 2019

C'était ma première à Brignais/Lyon, (oui à Grenoble on est casanier)
On m'a vendu une rando route sur les monts du Lyonnais, chouette, je ne connais pas! Boulot et états d’âme au placard, j'y vais.
H - 2 du TER, "on va dîner chez Didier et on fait du VTT" ça rime au moins!
Arglhh, faut que change de monture (oui, il faut être équipé au club!)

Mon VTT a 10 ans, la fourche en vrac, jeu dans la roue arrière, freins tout mous et suspension qui toque (non je ne bosse pas dans le vélo)

Roule la poule!
super dîner avec tourisme urbain à Villeurbanne, merci Didier
dormi dans la canapé, les vélos ont droit à la chambre d'ami, merci Line
roulé VTT au lieu de route, merci Jeannie
découverte de la région, merci Marty

C'était extra!!! 3 guides pour moi, du champagne à l'arrivée (news VTT à fêter)
Des colinettes, des mono trace, des forêts, des points de vue, des gadins...

Venez rouler en Rhône-Alpes, c'est l'aventure assurée.

Sophie de Grenoble

Nb participants: 
4 participants
CHANGEMENT : VTT toujours dans les Monts du Lyonnais
×

Je meurs d'envie de vous raconter ma première fois...
  • by
  • 16 sep 2019

Je meurs d'envie de vous raconter ma première fois...
Bon, j'exagère un peu, si je vous raconte cette expérience intime et physique, c'est que Claire m'a très délicatement informée que cela faisait partie du rite de passage pour les nouveaux initiés. Admettons. J'ai donc le plaisir de faire le compte-rendu de ma première fois... avec les Dérailleurs.
Avant tout, je préviens les puristes : je ne suis pas – du tout- une cycliste confirmée donc je ne donnerai aucun détail sur le matériel, les difficultés techniques, ni de comparaisons avec d'autres ascensions mythiques.
Samedi 14 septembre 2019, arrivée en avance au café vélo Inukshuk, à Chambéry, je flippe déjà : il y a une vingtaine de cyclistes équipés jusqu'aux dents, ils ont même des sacs de couchage ficelés sur le guidon !
Tout va bien, c'est le départ de Festibulle. Les Dérailleurs arrivent, bien équipés aussi mais sans les sacs de couchage. Ouf ! Un bref regard sur leur tenue noir et jaune et leurs mollets me suffit pour comprendre qu'on n'est pas là pour rigoler... ce que démentent les larges sourires de mes camarades : Alain, Carole, Claire, Jeannie, Line et Marti pour les Dérailleurs et Cécile et Gaspard pour les sympathisants.
Line a déjà faim, Alain a déjà soif... Si on veut pique-niquer au Mont Saint-Michel, va pas falloir traîner...
A 11h15, nous partons du café. Il fait un temps magnifique, une température estivale et pas de vent (c'est une précision importante en cyclisme, non?).
Pendant une dizaine de minutes, nous pédalons en ville, le temps de sortir de Chambéry pour rejoindre Barby, charmant village au pied des Bauges.
Et là, ça commence ! Je risque d'être plutôt approximative sur les distances, les temps et le % de pente pour différentes raisons :
– je n'ai pas le matériel de Marti qui donne au mètre près le dénivelé parcouru ;
– je n'ai d'expérience de grimpette que sur 2 pieds pas sur 2 roues ;
– je suis passée en mode survie avec la concentration de l'oxygène dans les zones vitales, à savoir poumons-cœur-jambes et fatalement il ne reste pas grand chose pour le cerveau.
Donc la montée sur la route est raide, il fait chaud et le groupe s'organise en accordéon. Claire prend la tête et veille à s'arrêter à chaque intersection. Cécile qui a démarré serre-file ne le reste pas plus de cinq minutes et elle remonte le groupe avec Gaspard qui fait quelques figures. Carole, Line et Jeannie montent vite, dans le calme et la sérénité. Marti assure la liaison régulière entre la tête et la queue, Alain et moi.
A mi-hauteur, nous empruntons un chemin très agréable qui rejoint le canyon de Ternèze. L'office du tourisme du Curienne fait bien les choses : 4 canyonneurs remontent justement et nous font une petite démonstration de descente de toboggan. Line a toujours faim. Cécile est à deux doigts de sauter dans un bassin d'eau cristalline situé juste sous nos pieds, 10 m plus bas. Nous repartons vaillamment sur les vélos sans regret, l'eau avait l'air froide. Nous retrouvons la route vers la Boyat, puis Curienne.
Nous sommes près du but, il est 13h. Pour terminer la montée, deux options sont possibles. On peut continuer sur la route jusqu'au parking ou débuter tout de suite le chemin. Marti emmènent les deux gars par la route, les filles suivent Claire par le chemin. Ce n'est pas la meilleure idée de la journée pour moi : ce single est raide, plein de petits cailloux qui roulent et de gros cailloux qu'il faudrait parvenir à grimper. Je ne sais pas comment se sont débrouillées les copines pour passer. Jeannie, pourtant malade, descend quelque fois de sa monture puis repart aussi sec... Moi je pousse... Dès qu'on croise la route je range ma fierté dans ma poche et je rejoins le groupe des gars sur un terrain moins hostile. Nous nous rejoignons pour la grimpette finale : un chemin encore plus raide, avec des cailloux encore plus gros : l'apothéose ! J'exagère un peu, certains passages sont nets et dégagés, notamment quand nous passons devant les ruines d'une ancienne construction. Chouette.
Nous sommes enfin au sommet à 13h30 : la vue est sur la vallée est magnifique, nous admirons la Gallopaz, le Margériaz dans le massif des Bauges, la Chartreuse de l'autre côté de la vallée.
Nous pique-niquons à l'ombre.
Et nous repartons à 14h45 avec comme objectif une baignade au lac du Bourget, histoire de se décrasser avant la soirée « extravaganza ».
Je croyais que je préférais la descente... mais je m'interroge. Ce sont des fous.folles furieuses, qui sautent de rocher en rocher, déboulent sur les cailloux, dérapent dans les virages pour mieux sauter le rocher suivant... Jeannie et Alain semblent avoir conservé un minimum d'instinct de conservation, ça me rassure.
La partie finale me semble aussi longue en descente qu'en montée mais c'est un plaisir différent.
Claire nous fait passer sur un chemin pour éviter la route autant que possible. Le temps file aussi vite que les vélos. Les sourires sont toujours aussi larges mais les dents moins blanches, pour cause de poussière et moucherons. Nous arrivons à Chambéry à 17h.
Je passe le relais du compte-rendu car j'ai dû quitter le groupe avant l'escapade lacustre.
Voilà. C'était ma première fois... et j'ai tout aimé : l'ambiance du groupe, chaque participant, l'activité.... C'était ma première fois mais ce ne sera pas la dernière !
Je vous adresse un très grand MERCI pour cette excellente journée.
A très bientôt pour de nouvelles aventures.

Céc (1)

Juste un gros merci d’exister les dérailleurs c’était juste un bonheur de partager ce moment de VTT avec vous et en + avec mon fiston de même pas treize ans (qui a beaucoup apprécié aussi la balade)… hâte de revivre ça… avec l’espoir de m’améliorer techniquement en votre compagnie tellement émancipatrice et pas que techniquement je pense !!!!
Promis je mettrai mon casque !!!! A tout bientôt dans les singles !!
Cécile (2)

Nb participants: 
9 participants
VTT & soirée LGBT à Chambé !
×

Profondes
  • by
  • 01 sep 2019

pas d'inscrits, j'y vais ou j'y vais pas, la couette est tendre et la pile de bouquins à lire phénoménale...
Ah mais gasp, il y a GRV jeudi. faut donc que je roule, ça fera une reco! 1/2 heure plus tard je suis sur mon vélo, direction la gare.
Chouette voyage en TER très bien équipé pour les vélos, oui ça existe. Je repense avec émotion au RER Parisiens et nos vélos entassés...

Saint Marcellin, petite bourgade où, dès la sortie je perds ma trace, no comment!
Traversée de magnifiques vergers de noyers et les montagnes au loin qui me préparent à de belles aventures.
Mais je pars bien vers Pont-en-Royan, petit village aux maisons perchées, ravissant avec pleins de restos qui me font de l’œil. Je rempli ma gourde au cimetière car bien sur j'avais oublié de le faire.
Puis c'est enfin la montée (douce) des gorges de la Bourne, belle route pittoresque jalonnée de centrale hydroelectriques.
Arrivée à Villard-de-Lans sur le plateau du Vercors, la aussi bars et resto m’aguichent car j'ai la gorge chaude après 30 bordes de montée. Je reste de marbre.
Traversée du plateau vers Lans-en-Vercors puis Saint-Nizier-du-Moucherotte avant la somptueuse descente vers Grenoble, un peu crispée sur les cocottes...

Belle rando, à refaire avec des variantes vers Autrans ou Malleval-en-Vercors

A bientôt au calendrier.

Nb participants: 
1 participants
Les gorges (chaudes) de la Bourne
×

les Dérailleurs en Rhône-Alpes


contact & info

antenne
IzZa et Patricia
Région Rhône Alpes
contact
Jean-Marc et Sophie
Grenoble
contact
Claire
Sallanches
contact
IzZa et Patricia
Lyon
contact
Valérie
Saint Etienne
un club lgbt

Les Dérailleurs sont un club de vélo LGBT (lesbien, gay, bi, trans) et friendly.
Présents dans plusieurs régions de France, notre club est ouvert à toutes et tous, débutants ou confirmés. Nous organisons toute l'année des randos, week-ends & séjours vtt (mountainbike) et vélo de route.
Antennes des Dérailleurs à Paris Ile de France, dans l'Ouest (Nantes, Paimpol, Bordeaux), à Toulouse, et en Rhône - Alpes(Lyon, Grenoble).